Comment les calissons d'Aix l'ont emporté contre les calissons chinois

Le dépôt en juin 2016 d'une marque "calissons d'Aix" en Chine avait provoqué la colère et une action en opposition de la part de l'Union des fabricants de calissons d'Aix. Un bras de fer entamé il y a un et dont le vainqueur est le syndicat professionnel que préside Laure Pierrisnard.
(Crédits : DR)

France 1 - Chine 0. Ce n'est pas le résultat d'une quelconque rencontre sportive mais celle de la bataille qui s'était engagée il y a un an, lorsque une demande de marque "calissons d'Aix" était déposé par un homme d'affaires de la province du Zhejiang, à l'est de la Chine. Une demande pas vraiment bien perçue du côté de la région PACA et du syndicat professionnel, l'Union des fabricants de calissons d'Aixqui regroupe une douzaine d'entreprises. D'autant que le syndicat professionnel était alors en pleine démarche de reconnaissance d'Indication géographique protégée (IGP).

Action-réaction

Syndicat qui est alors passé à l'action en ayant recours à un cabinet de marque et en intentant une action en opposition. Laquelle requiert deux étapes, d'abord via un argumentaire bref et non exhaustif puis par un dossier plus complet. La première phase avait été entamée début juillet 2016 et la seconde en novembre 2016.

Réputée comme longue et pas gagnée d'avance, l'action a pourtant porté ses fruits, puisque les autorités ont rejeté la dépôt de marque chinois, en s'appuyant notamment sur la tromperie possible du consommateur quant à l'origine des produits.

Car ne se dit pas calissons d'Aix qui veut. La recette traditionnelle exige un tiers d'amande, un tiers de fruits confits et un tiers de sucre, aux calissoniers ensuite de choisir des fruits à leur convenance - ce qui leur permet de se distinguer.

Export facilité

"La voie est libre à nouveau en Chine", explique à La Tribune Laure Pierrisnard, la présidente de l'Union des fabricants de calissons d'Aix, par ailleurs directrice générale de la Confiserie du Roy René, basée à Aix-en-Provence. Car dans l'histoire, outre la notion de confusion, c'était aussi les tentatives export des calissoniers qui étaient mises à mal. Or quand on connaît l'appétence de l'Asie pour les produits provençaux, on sait la gêne commerciale et économique que cela pouvait générer.

Surtout, cette victoire "d'un emblème provençal" devrait "faire cas d'école et crée un précédent", ajoute Laure Pierrisnard. Sans doute aidera-t-elle d'autres secteurs touchés par la concurrence déloyale de la Chine à ne pas hésiter à ester.

Déjà protégé par une marque collective depuis 1991, les calissons d'Aix poursuivent leur demande de reconnaissance IGP.

A suivre en direct dès 9h15 - Aix-Marseille Zéro Carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 13/12/2017 à 17:18
Signaler
Il serait temps de mettre de l'ordre dans l'agro-industrie, parce que ce genre de victoire est plutôt rare dans le genre David contre Goliath. "La mafia de la tomate" https://www.francetvinfo.fr/monde/chine/la-mafia-de-la-tomate_2309139.html

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.