Sita Méditerranée met la main sur Provence Recyclage

En acquèrant l?entreprise de tri de déchets industriels banals (DIB) au groupe de Fos-sur-Mer Calvière, Sita Méditerranée se dote d?un outil stratégiquement situé sur sa zone d?influence.

Trois ans à peine après l'implantation à Istres de Provence Recyclage*, un centre de tri et de valorisation multi-matériaux (14 ha, 20 000 m2), le groupe Calvière vient de le cèder à Sita Méditerranée (Groupe suez, 190 M€ de C.A). Une transaction estimée à 15 M€ mais que la direction n'a pas souhaité confirmer. Provence Recyclage a réalisé en 2010 un chiffre d'affaires de 20M€.

Rebaptisée Provence Valorisations, elle représente surtout "un fort potentiel de développement grâce au foncier disponible et à un process industriel novateur et très mécanisé", justifie Éric Guizonnier, directeur délégué du marché entreprises de Sita Méditerranée, qui prend également la direction de Provence Valorisations. La filiale régionale, basée à Aix-en-Provence, voit également dans cette emplette, "un outil complémentaire avec ses installations et notamment avec celui des Pennes-Mirabeau spécialisé dans le traitement des déchets recyclables".

Avec une capacité actuelle de traitement de 120 000 tonnes de DIB - un tonnage qui sera porté à 180 000 tonnes de DIB, à 200 000 tonnes de déchets de chantiers et à 60 000 tonnes de bois et de déchets verts avec l'ouverture d'une troisième ligne mise en service courant 2012 - la plate-forme est la plus importante de la région. Une zone qui souffre précisément d'un déficit notoire d'installations, notamment pour les déchets de chantiers.

"5M€ sont prévus pour 2012, précise Éric Guizonnier, car il s'agit d'un équipement structurant et stratégique au niveau régional et interrégional". Sita Méditerranée couvrant les régions Paca et LR, Istres étant idéalement située à la frontière des deux régions.


*Ndlr : Le président PS d'une intercommunalité des Bouches-du-Rhône, Bernard Granié, a été condamné en septembre dernier par la Cour d'appel d'Aix à 2 ans de prison ferme, 100.000 euros d'amende et 5 ans d'inéligibilité, pour corruption dans le cadre d'un marché public de collecte des déchets. Il était accusé d'avoir perçu, entre 2003 et 2006, 300 000 euros en liquide de la société Provence Recyclage, en échange d'informations sur un marché de collecte des déchets attribué par la collectivité.


L.V.
Photo : Le site va bénéficier de 5 M€ d'investissements.


Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.